Avec le réchauffement climatique, comment vont se comporter les poissons ?

Les poissons vivent sur une plage de température bien définie. Lorsque la température monte comme en été, les poissons remontent le cours d’eau pour trouver de l’eau plus fraiche dans les terres. C’est pourquoi il est très important que les poissons puissent circuler d’amont et en aval et vice versa.

Par ailleurs, il est important de noter que les cours d’eau ont déjà commencé à se réchauffer.
Anticiper le réchauffement climatique est aussi une mission essentielle pour l’Homme.

Pourquoi, il y a 100 ans, les barrages étaient déjà présents et pourtant les poissons migrateurs passaient ?

Du temps du « grand père », il y avait des petits ouvrages, souvent ouverts manuellement ou submergés, donc les poissons arrivaient à passer. Mais dans les années 60 et 70, de nombreux barrages ont été surélevés dont celui de Martot.

Où se reproduisent les poissons migrateurs ?

Une expression disait que les Saumons viennent se reproduire là où ils sont nés. On sait maintenant que ce n’est pas tout à fait vrai.
En revanche, nous savons qu’autrefois, la Seine comportait beaucoup de saumons qui allaient se reproduire dans le Morvan. Depuis la construction des grands barrages hydroélectriques sur la Seine, les saumons et les truites cherchent d’autres emplacements pour se reproduire, notamment dans les affluents avals. La reproduction des poissons s’opère à des périodes précises.
Ces dernières années, la Risle, l’Epte, l’Iton, l’Avre et l’Andelle ont été totalement ou partiellement ouverts permettant la libre circulation des poissons. Par exemple, quelques mois après la suppression du barrage de l’Enfernais, les truites sont revenues et les pêcheurs aussi.

Il y a déjà des pêcheurs sur L’Eure, donc il y a aussi des poissons ?

Oui il y a des pêcheurs, mais que pêchent-ils ?
Des poissons blancs de cours d’eau avec peu d’exigences écologiques et qui n’ont pas besoin de migrer en mer pour survivre (Brochet, Sandre mais aussi Anguille et Truite de rivière) mais pas de saumon, d’Alose ou de truites de mer et aussi les Lamproies qui passent les barrages mais n’intéressent pas les pêcheurs.

A retenir : Très rarement, des poissons migrateurs arrivent à passer les barrages, en cas de hautes marées.

Y a t-il des poissons dans la Seine ?

Oui, beaucoup de poissons vivent dans la Seine
mais ils ne sont pas comestibles à cause de la pollution. Et ces espèces, dites tolérantes, par exemple la Brème, la Carpe, la Sandre, ne sont pas intéressantes d’un point de vue écologique.

A retenir : On considère à l’heure actuelle que la Seine n’est plus un milieu de vie pour les espèces, simplement un canal pour desservir d’autres espaces. Il est donc extrêmement important que les affluents de la Seine comme l’Eure, la Risle ou L’Epte, soient « ouverts » aux poissons de grande qualité.
Le potentiel de poissons que la Seine et ses affluents est extrêmement importante. Restaurer la continuité écologique vise justement à bénéficier de cette richesse naturelle.

La Seine est-elle un fleuve pollué ? Et ses affluents ?

Oui, même si la qualité s’est améliorée en 20 ans,
Mais la Seine reste un des fleuves les plus pollués en Europe, notamment à cause des PCB et du manque d’oxygène dans l’eau.

A retenir : Les affluents de la Seine, comme L’Epte, la Risle ou l’Eure, possèdent une meilleure qualité écologique leur permettant d’accueillir des poissons de grande qualité comme les Saumons ou les truites de mer.

Des travaux visent la continuité écologique, à quoi ca sert ?

La continuité écologique recouvre 2 aspects primordiaux du fonctionnement d’un cours d’eau : la descente des sédiments de la source vers l’embouchure (voir la question ci-après) et la libre circulation des poissons. (voir la section Poisson)
Ces 2 notions sont indispensables à la rivière et fonctionnent de manière interdépendante.

Et si on ouvrait le barrage de temps en temps ?

Les diverses espèces de poissons qui pourraient revenir dans la rivière Eure doivent pouvoir circuler librement tout au long de l’année et pas uniquement, lorsque le barrage est ouvert ou lorsqu’il y a des crues.
Il y a en effet des périodes clés, comme la reproduction, qui sont des espaces-temps réduits de quelques jours par an et qu’il ne faut pas manquer.

En dehors de la libre circulation des poissons, à quoi servent la circulation des sédiments (et l’hydromorphologie) ?

Un cours d’eau n’est pas un simple écoulement d’eau d’un point A à un point B. L’eau transporte avec elle et accueille de nombreux éléments visibles (les cailloux, la faune et la flore aquatique) et invisibles (les oligo-éléments et les minéraux indispensables à l’Homme).
Le déplacement de toutes ces matières se fait selon un schéma naturel passant par des méandres, des zones rapides, des zones lentes… Ces différentes zones du cours d’eau s’appellent l’hydromorphologie. Au cours du temps, de nombreux tracés de rivières ont été transformés par l’Homme. Par exemple, le lit de la rivière est élargi car on pensait que cela aiderait en cas de crue ; et les méandres supprimés en bord de champ ou de route car cela s’avérait plus pratique.

Y a-t-il uniquement des projets de travaux sur l’Eure Aval ?

Non, tout le linéaire de L’Eure est concerné, y compris ses affluents comme L’Iton, L’Avre qui possèdent de bonnes aires pour les poissons migrateurs.
Le principe de la continuité écologique est justement qu’un cours d’eau comme L’Eure soit libre depuis son embouchure, Martot, jusqu’à sa source.
Des travaux de continuité ont donc été lancés sur tous ces cours d’eau. Vous trouverez des exemples ici.

Avec des travaux, serait-il possible de retrouver l’état naturel du cours avant le passage de l’homme ?

Non, car certaines choses sont irrémédiables et non réparables.

Plus précisément, il est important de trouver un nouvel équilibre entre les activités actuelles de l’Homme et un meilleur fonctionnement du cours d’eau. Ce meilleur fonctionnement va notamment permettre de réduire les coûts d’entretien de la rivière puisque les opérations telles que le nettoyage des embâcles* et le curage ne sont plus nécessaires.

* Un embâcle est une obstruction du cours d’eau par un amoncellement de branches ou de glaces. Les embâcles qui cèdent sont régulièrement la cause de brusques montés des eaux.

Contactez-nous

Bonjour, Merci d'utiliser ce formulaire pour nous contacter.

Illisible ? Changer le texte. captcha txt

Commencez à écrire et appuyez sur Entrée pour chercher