L’EURE AVAL

1. L’EURE AVAL, UN ÉTAT PRÉOCCUPANT

Les transformations que l’homme a fait subir à la rivière depuis 300 ans  ont des conséquences plus ou moins néfastes sur l’écoulement des eaux, la qualité de l’eau, la vie des plantes autour de la rivière et la capacité du cours d’eau à accueillir en nombre des poissons de « qualité » et des espèces diversifiées.

La question des obstacles sur un cours d’eau est un sujet complexe ayant des impacts à plus ou moins long terme et qui demande à être étudiée finement.

Devant la dégradation de plus en plus prononcée de notre patrimoine écologique et des contraintes réglementaires, il était urgent de trouver de nouvelles solutions.

Ces futures actions sur l’Eure Aval s’inscrivent dans un programme d’ensemble qui concerne toute la rivière L’Eure. (voir les autres projets)

L’Eure Aval
Porte marinière à Pont-de-l'Arche
Seuil Ile du Roi
Seuil de l'Ile du Roi
DeversoirPOntArche
Déversoir de Pont-de-l'Arche
Martot_actuel3
Barrage de Martot
Ecluse de l’Ile du Roi
Ecluse de L'Ile du Roi

2. ETAT DES LIEUX

Le bureau d’étude Egis Eau a mené une grande étude sur le terrain pendant 4 mois afin de mieux comprendre les problématiques des ouvrages.

a/ A l’embouchure de L’Eure, son débit varie de 18 à 34 m3 par seconde. Ce qui est fait la plus grosse rivière de Haute-Normandie.

b/ Entre Val-de-Reuil et Les Damps, la rivière présente une pente normale et l’eau file relativement bien (pour rappel : à l’origine, L’Eure se jetait dans la Seine aux Damps). En revanche, entre les Damps et Martot, il n’y a pas de pente, l’eau stagne, se réchauffe et donc le cours d’eau ne remplit pas son rôle naturel d’auto épuration des eaux et des sols. Cette configuration empêche l’existence d’habitats naturels pour les poissons et les plantes.

c/ La problématique de l’inexistence de la pente entre Pont de l’Arche et Martot a pour conséquence 1m de vase en hauteur sur plus de 10 km.

d/ Devant le barrage de Martot, circulent 8 espèces de poissons différentes : Anguille, Lamproie marine, Lamproie fluviatile, Saumon atlantique, Truite Fario, Truite de mer, Alose, et des cyprinidés rhéophiles (Vandoise et Barbeau). Aucune de ces espèces est capable de franchir le barrage de Martot.

e/ L’ensemble des ouvrages ont de forts impacts néfastes écologiquement parlant.

Barrage de Martot
> empêche l’accès à la rivière L’Eure
> impact néfaste pour le cours d’eau sur 13,9 km
> hauteur de chute infranchissable pour les sédiments et les poissons
> pas de diversité d’habitats sur le bief car pas de pente et réchauffement des eaux en été
> importance au regard de la lutte contre les inondations : faible à aucune

Déversoir et ancienne porte marinière à Pont-de-l’Arche
> impact compris dans celui du barrage de Martot
> hauteur de chute infranchissable
> importance au regard de la lutte contre les inondations : faible à aucune

Complexe à l’ouest de l’Ile du Roi (écluse, bras usinier et ancien moulin) à Léry
> impact sur 707 m
> hauteur de chute
> importance au regard de la lutte contre les inondations : faible à aucune
> le bras usinier est devenu un lieu de reproduction pour les Lamproies

Seuil à l’est de l’Ile du Roi
> impact sur 1,6 km
> la morphologie de la rivière fortement modifiée dans les années 70 : Recalibrage du bras naturel (surlageur et modification de tracé)
> ce seuil n’a aucun intérêt, ni écologique, ni patrimonial, ni face aux crues.
> importance au regard de la lutte contre les inondations : faible à aucune

Seuil de Val-de-Reuil
> impact sur 1,1 km
> sur-largeur du lit de L’Eure recalibré lors de l’aménagement de la ville nouvelle
> importance au regard de la lutte contre les inondations : faible à aucune

LE COURS D’EAU ET SES USAGES

1. UN PROTOCOLE BIEN ÉTABLI

Tout projet de restauration écologique d’un cours d’eau répond à une méthode précise visant à :

  • réaliser un état des lieux complet du secteur,
  • examiner les objectifs à atteindre,
  • réaliser des travaux les plus ambitieux écologiquement mais compatibles avec les activités humaines.

Néanmoins, le cadre réglementaire (Directive Cadre Européenne, Plan Anguille, lois L214-17 et 214-18) impose de mener à bien rapidement les travaux nécessaires, au risque de devoir s’acquitter d’amendes très importantes.

Le protocole mis en place sur le dossier Eure-Aval passe donc par différentes étapes :

– un volet d’études avec un état des lieux technique réalisé par EGIS et une étude réalisée par OGMIOS visant à mieux définir les différents usages de cette rivière,
– la préparation et l’étude de scénarios tenant compte de l’ensemble des résultats de la phase “études”
– L’analyse multicritères des scénarios et le choix du scénario optimal pour la continuité écologique et de l’hydromorphologie
– la programmation et la réalisation des travaux
– le suivi de l’efficacité.

Si l’objectif final est bien la continuité écologique et l’hydromorphologie, la nature des travaux qui seront sélectionnés et réalisés, tiendront compte de différents paramètres : efficacité, coûts, comptabilité avec les usages de la rivière, cohérence du projet d’ensemble avec les autres travaux de la rivière Eure.

Frise-temps_1000

LES ACTEURS DU PROJET EURE AVAL

dans-l-Eure

L’Etat français représenté par la DDTM 27 (Direction départementale du territoire et de la mer) car le projet concerne la partie Eure-Aval appartenant au Domaine Public Fluvial de l’Etat.

arton190

L’Agence de l’eau Seine Normandie en charge du financement de la politique de l’eau et de la mise en œuvre la DCE (directive européenne sur l’eau). Assurer la restauration écologique étant un des volets de la DCE.

Contactez-nous

Bonjour, Merci d'utiliser ce formulaire pour nous contacter.

Illisible ? Changer le texte. captcha txt

Commencez à écrire et appuyez sur Entrée pour chercher